BILLETS ABONNEMENTS
Opéra National de Lorraine

Le lexique


de A à C

Accessoire : désigne tout ce qui, sur scène, ne fait pas partie du décor. Il se distingue du décor car il peut être manipulé par les comédiens pendant le spectacle. Comme son nom l’indique, l’accessoire n’est pas indispensable mais permet d’améliorer une scène. 
 
Air, ou aria : pièce de musique écrite pour une voix solo. Parmi les airs d’opéra les plus célèbres : L’amour est enfant de bohème, issu de la célébrissime Carmen de Bizet. 
 
Balcon : galerie surplombant le parterre qui s’étend sur les côtés, jusqu’à l’avant-scène. Dans notre salle, plusieurs balcons sont superposés, ils sont donc désignés par des noms différents : le balcon, la première galerie, la deuxième galerie et la troisième galerie, aussi appelée poulailler ou paradis.
 
Bar oriental : grand fantasme des nombreux curieux qui voudraient pouvoir jeter un œil à ce mystérieux bar. Situé au quatrième étage de l'opéra (sans ascenseur), il avait autrefois un usage semblable à celui du foyer du public. Seuls les spectateurs les plus modestes y avaient accès. Aujourd'hui inaccessible aux visiteurs, il n'a plus d'oriental que le nom !
 
Boules à neige : une rumeur court selon laquelle ces objets seraient compulsivement collectionnés par certains membres du personnel de l’Opéra… 
 
Cintres : partie du théâtre au-dessus de la scène permettant d’escamoter les décors. Il permettent de stocker des éléments en hauteur afin de faciliter des changements de décors rapides. 
 
Compositeur : le compositeur est la personne qui élabore la pièce musicale. 
 
Costumes : vêtement de scène, pensé par le costumier et élaboré par les “petites mains” de l’atelier couture. Il varient selon le genre des oeuvres et peuvent, parfois, être prédéfinis par le rôle : certains personnages de la commedia dell’arte ont des costumes fixés par tradition, comme Arlequin, Colombine, Pierrot ou Polichinelle.
 
Coulisses : endroits situés de chaque côté de la scène et réservés au rangement d’accessoires et d’éléments de décor. Ils permettent également aux artistes de se préparer pour leur entrée en scène.  
 
Coupette : rien de tel qu’une petite “coupette” de champagne pour se désaltérer lors de l’entracte au Foyer de l’Opéra !
 
Cour : dans le vocabulaire théâtral, le côté cour désigne le côté droit de la scène, vu de la salle, par opposition au côté jardin, qui, lui, désigne le côté gauche. Ces deux termes permettent au metteur en scène et aux comédiens de communiquer plus facilement que s'ils parlaient des côtés « gauche » et « droit », qui varient selon l'orientation du locuteur. 
 

de D à O

Décor : c’est ce qui habille ou décore une pièce dans un édifice ou une scène de théâtre, et qui rapporte l'image de ce lieu.
 
Diva : cela fait bien longtemps qu’il n’y a plus de divas à l’Opéra ! 
 
Dramaturge : conseiller littéraire et artistique d’un metteur en scène.
 
Entracte : moment de pause entre deux actes d’un opéra, l’occasion de boire une “coupette” de champagne (ou toute autre boisson plus soft) ou tout simplement d’admirer la vue sur la place Stanislas dans le luxueux Foyer de l’Opéra.
 
Fil (ou Guinde) : terme désignant les câbles dont se servent les techniciens sur scène pour manipuler les décors. On utilise également le mot “guinde” mais surtout pas un autre mot commençant par C (qui porte malheur) !!
 
Foyer : lieu de rencontre du public lors des entractes. Ses murs de couleur blancs cassés rehaussés d’or mat permettent de réfléchir la lumière, lui assurant ainsi tout son éclat. Il tire son originalité de son style « Rococo » et de ses ornements qui symbolisent le théâtre.
 
Jardin : dans le vocabulaire théâtral, le côté jardin désigne le côté gauche de la scène, vu de la salle, par opposition au côté cour, qui, lui, désigne le côté droit. Ces deux termes permettent au metteur en scène et aux comédiens de communiquer plus facilement que s'ils parlaient des côtés « gauche » et « droit », qui varient selon l'orientation du locuteur. 
 
Livret : texte littéraire, presque toujours en vers, complétant un opéra. Il contient les dialogues chantés et les éventuels passages parlés, ainsi que de rapides indications de mise en scène.
 
Lumières : selon les souhaits et indications du metteur en scène, le créateur des lumières est chargé de créer une ambiance par différents effets de lumière. Travail de l’ombre par excellence, les lumières tiennent une part très importante dans un spectacle !
 
Matinée : on appelle matinée la représentation de l’après-midi, par opposition à celle se tenant en soirée. A l’Opéra national de Lorraine, les matinées se tiennent en général le dimanche à 15h.
 
Métiers  : il existe une multitude de métiers différents à l’Opéra… Machinistes, couturières, habilleuses, maquilleurs, cintriers, Pour tout savoir et les découvrir, cliquez ici
 
Opéra : il existe un grand nombre de genres d’opéra. Opéra bouffe, opéra seria, opéra comique, opéra ballet, tragédie lyrique, dramma giocoso, opérette… Chacun peut trouver son style !
 
Orchestre : outre l’ensemble musical, l’orchestre (ou parterre) désigne également les places situées tout en bas dans la salle. Les fauteuil d’orchestre sont très prisés pour ceux désireux d’être au plus près des artistes !
 
Ouverture : composition instrumentale, jouée le plus souvent au début d'un concert, d'un opéra, d'une cantate ou d'un oratorio.
 

 

de P à Z

Péristyle : en grec, ce terme désignait une galerie de colonnes faisant le tour extérieur ou intérieur d'un édifice, en dehors de son mur d'enceinte. A l’Opéra national de Lorraine, le péristyle désigne le premier hall où se situent les guichets.
 
Plateau : il désigne l’ensemble du plancher de la scène et des coulisses, mais également l’ensemble de la distribution d’un opéra.
 
Poulailler (ou Paradis) : dans un théâtre, le poulailler (aussi appelé paradis) est le dernier étage d'une salle de théâtre, au-dessus des loges et des balcons. Il porte ce nom à cause du grillage qui empêchait les spectateurs de lancer leur nourriture en réaction à la qualité du spectacle !
Cette partie du théâtre est la moins chère du fait de l'éloignement de la scène. 
 
Précipité : lorsque les scènes changent durant le spectacle, entre les actes, le rideau tombe et les musiciens arrêtent de jouer. Derrière le rideau les machinistes s’activent, les accessoiristes courent et les habilleuses habillent ! Dans la salle les spectateurs ne peuvent néanmoins pas sortir car ces pauses ne durent que quelques minutes, à la différence d’un entracte.
 
Première : soirée très attendue qu’est la première représentation d’un opéra. Toute l’équipe (mise en scène, décor, costumes, lumières ) est présente, ainsi que de nombreux journalistes. L’accueil à la Première est souvent le révélateur du succès à venir du spectacle.
 
Programme : un programme de salle est disponible sur chaque spectacle ou concert. Ils contient le mot du metteur en scène, les biographies des chanteurs présents sur scène, éclaire sur la genèse de l’oeuvre ou encore sur le contexte historique. Les programmes d’opéra peuvent intégrer le livret.
 
Régie : c’est l’endroit en coulisses d'où est dirigé le spectacle. Le régisseur (ou régisseuse) donne les “tops” pour les mouvements de décors, les changements de lumières, les entrées / sorties en scène à toute l’équipe technique et artistique. 
 
Répétitions (générale piano, générale, pré-générale) : plusieurs répétitions sont des moments-clés de création d’un opéra. On peut citer la générale piano (le premier filage en costumes accompagné uniquement au piano), la pré-générale (filage en costumes et accompagné par l’orchestre) et la générale (identique à la pré-générale, mais en public).
 
Ruches : des ruches ont été installées au printemps 2015 sur le toit de l’Opéra par le service des Parcs et Jardins de la Ville de Nancy ! La récolte est attendue par beaucoup… nous vous tiendrons au courant !
 
Tessiture : échelle de notes qui peuvent être émises par une voix de façon homogène. La technique vocale permet d'augmenter cette tessiture par un travail sur la souplesse et le contrôle de l'instrument. Les artistes du choeur sont répartis sur quatre d’entre elles : sopranos, altos, ténors et basses.
 
Toï Toï : interjection popularisée en Allemagne du Nord au XIXe siècle, c’est une expression allemande que l’on a coutume d’employer à l’Opéra pour se souhaiter le succès.